Les véhicules thermiques interdits d’ici 2035

véhicules thermiques interdits en 2035

L’Europe veut accélérer le pas sur la transition écologique avec en ligne de mire, l’objectif d’être le premier continent à avoir un bilan carbone neutre d’ici 2050. La Commission européenne compte y parvenir grâce au Pacte Vert en adoptant des mesures fortes dans tous les secteurs, en particulier celui des transports.

Les 30 ans qui nous séparent de cette date butoir seront jalonnés d’objectifs à plus court terme comme par exemple la réduction de 55% des émissions polluantes des véhicules thermiques à l’horizon 2030 ou encore l’interdiction de leur vente d’ici à 2035. Ce dernier point prend de court certains pays et notamment la France puisque cet objectif avait été initialement fixé à 2040. Mais pour l’Europe, l’urgence écologique et climatique doit nous pousser à revoir notre calendrier et à accélérer le changement.

La consommation de combustibles fossiles a atteint ses limites. Nous voulons laisser à la prochaine génération une planète en bon état ainsi que des emplois de qualité et une croissance qui ne nuisent pas à la nature qui nous entoure. Le Pacte Vert pour l’Europe est la stratégie de croissance que nous avons élaborée pour évoluer vers une économie décarbonée. L’Europe a été le premier continent à déclarer qu’il parviendrait à la neutralité climatique en 2050 et nous sommes à présent les premiers à présenter une feuille de route concrète. L’Europe montre l’exemple en termes de politiques climatiques par ses décisions en matière d’innovation, d’investissement et de compensation sociale.

Ce Pacte Vert intègre de nombreuses mesures couvrant des secteurs interdépendants : l’énergie, l’habitat, les transports. C’est en ce sens que les véhicules thermiques neufs seront interdits à la vente en 2035 afin de favoriser la transition vers un parc de véhicules 100% électriques. Il s’agit donc d’une interdiction qui ne concerne que les constructeurs, il sera bien entendu toujours possible de rouler avec un véhicule équipé d’un moteur à combustion.
Cette montée en puissance du tout électrique s’accompagnera par un développement massif des bornes de recharge à travers toute l’Europe.

Les véhicules particuliers ne sont pas les seuls visés puisque d’ici 2026, les transporteurs routiers seront quant à eux soumis à un principe de quotas d’émissions de gaz polluants. Cela se traduira par une taxe à payer en fonction de leur pollution effective, ceci afin de les inciter à opter pour des motorisations alternatives ou des carburants plus propres.
Dès 2023, le secteur de l’aviation fera l’objet d’une taxe carbone dont il est encore dispensé à ce jour. À terme, des carburants plus propres et plus durables seront imposés à tous les avions sur le sol européen.
Enfin, le secteur maritime qui impacte fortement la pollution des océans se verra taxé davantage pour favoriser sa transition vers les énergies renouvelables et des carburants plus propres.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies nous aident à faire fonctionner notre site. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations