Guides du motard

Quels risques pour vos pneus en cas de fortes chaleurs ?

Quels risques pour vos pneus en cas de fortes chaleurs ?

Canicules à répétition, fortes températures… nos étés deviennent de plus en plus chauds et difficiles à vivre, y compris pour nos deux-roues. C’est en premier lieu les pneus qui peuvent en souffrir le plus et il convient de leur apporter une plus grande attention à cette période de l’année.

En été, la température de l’asphalte exposé au soleil peut allègrement dépasser les 50°C et entraîner la surchauffe des pneumatiques ainsi que l’altération de leur comportement.
Sous l’effet de la chaleur, l’air qu’ils contiennent se dilate et engendre une augmentation de la pression initiale. Si le risque d’éclatement existe, il reste rare et résulte le plus souvent de négligences en amont (pneu usé, structure endommagée par un sous-gonflage etc.)
Néanmoins, le sur-gonflage impacte grandement les performances du pneu, notamment en terme de freinage et de tenue de route puisqu’il a pour effet de réduire son empreinte au sol et donc son adhérence.

À lire aussi : quels pneus moto choisir ?

Ainsi, pendant les fortes chaleur d’été, pensez à contrôler la pression de vos pneus plus fréquemment que d’ordinaire. Pour rappel, celle-ci doit être contrôlée et corrigée à froid, c’est à dire sans avoir roulé et échauffé les pneus au préalable.
Pour plus de tranquillité, vous pouvez aussi opter pour un gonflage à l’azote qui présente l’avantage d’être à la fois plus stable que l’air comprimé et donc moins sujet aux variations de pressions mais aussi de limiter l’échauffement du pneu. En revanche, une fois le pic de chaleur passé il sera préférable de revenir à un gonflage standard à l’air comprimé. En effet, l’azote étant un gaz froid, il empêchera le pneu de monter en température et donc de délivrer toutes ses performances dans des conditions météo normales.
Évidemment, un pneu en bon état est gage de sécurité. Si vous roulez avec un pneu bien attaqué sous de fortes chaleurs, vous vous exposez à un risque démultiplié d’éclatement.

Avez-vous apprécié ce contenu ?   Oui Non

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


To top