Le nombre d’amendes des motos et scooter dans la capitale a été décuplé cette année ! D’après le constat du Journal du Dimanche dans l’édition du 15 septembre 2019, ce n’est pas moins de 233 000 procés verbaux pour stationnement gênant qui ont été dressés entre le 1er janvier et le 21 août 2019, soit une hausse de 170 % comparé aux 86.000 verbalisations comptabilisées en 2018 sur la même période.
Au 31 août 2019, en dehors des contraventions pour stationnement gênant, près de 39.000 véhicules deux roues avaient été verbalisés pour des infractions multiples comme la circulation sur les les couloirs de bus ou les pistes cyclables, non respect du port des équipements obligatoires. Forte de son puissant système de vidéosurveillance composé de quelques 1.334 caméras, la mairie de la capitale a pu dresser 22.000 de ces PV grâce à lui.

Vers un stationnement payant

Selon le porte-parole du collectif Ras Le Scoot, cette hausse massive des verbalisations de motos et scooter est bienvenue et méritée, jugeant que la Ville de Paris était restée trop longtemps laxiste. Il déclare d’ailleurs dans le Figaro : “Il y a encore énormément de propriétaires de scooters et motos qui font n’importe quoi et qui sont d’une incivilité incroyable. La mairie de Paris souhaite sans doute préparer le terrain face à un stationnement payant pour les deux-roues motorisés”. Comme d’autres communes aux alentours, il n’est pas exclu que le stationnement des deux-roues deviennent payant dans la capitale. La mairie aurait d’ailleurs mené une étude dont les conclusions indiquent que les motocyclistes pourraient avoir à payer 1,50€ le quart d’heure de stationnement dans le centre de Paris.
Toujours dans le Figaro, le porte-parole de la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) dénonçait le manque de places de stationnement à Paris : “Il n’y a pas d’alternatives suffisantes ! On force 80 % des gens à ne pas respecter la loi”

Vigilance donc, si vous êtes amené à circuler dans la capitale à moto ou en scooter !