Focus

Tourist Trophy : la course la plus dangereuse au monde

Le Tourist Trophy est la compétition moto la plus dangereuse au monde.

Depuis 1907, se déroule sur l’île de Man en Grande Bretagne le Tourist Trophy, une compétition de moto réputée comme étant la plus meurtrière au monde. Son tracé a été le théâtre de nombreux décès, plus de 260 à ce jour.

Figure d’exception, l’édition de 1982 a été la seule à ne déplorer aucun mort. Toutes les autres ont été ébranlées par des drames, à l’instar de l’édition 2022 dont le bilan a été particulièrement lourd.
Le 3 juin dernier, lors des essais de qualification, le pilote Gallois Mark Purslow a perdu la vie dans un accident mortel au cours du 3ème tour de sa session. Loi des séries, le lendemain, le pilote Français César Chanal a trouvé la mort lors d’un accident en sidecar. Dans un état critique, son copilote Oliver Lavorel à quant à lui survécu. 3 autres victimes les succèderont, le pilote Irlandais Davy Morgan le 7 juin ainsi qu’un équipage de sidecar Anglais le 11 juin, Roger et Bradley Stockton, père et fils.

À lire aussi : quels sont les organes les plus touchés lors d’un accident de moto ?

Le Tourist Trophy, un tracé aussi légendaire que redouté

© Crédit photo Wikipédia

Avec ses 60 km de long et ses 264 virages, le tracé du Tourist Trophy traverse les villages situés au pourtour de la montagne de Snaefell. Le niveau de concentration requis est phénoménal, les pilotes doivent s’engouffrer dans les rues à des vitesses vertigineuses en rasant les murs, le mobilier urbain ou encore la végétation. Ils doivent également faire preuve d’une maitrise technique sans faille de leur machine puisqu’à de telles vitesses, les motos décollent parfois sur plusieurs dizaines de mètres.
Summum de la folie : la ligne droite de Sulby sur laquelle les pilotes Bruce Anstey et James Hillier ont atteint la vitesse record de 331 km/h, respectivement en 2006 et 2015.

Malgré le danger et les nombreuses tragédies, le Tourist Trophy continue à fasciner les passionnés de course.

© Crédits photos iomtt.com, wikipedia.org

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.